Allocution de monsieur le préfet maritime CV à la retraite Amadou Sow à l’occasion de sa prise de fonction

Salutations d’usages

Je commencerais avant tout par remercier le Tout Puissant ALLAH qui nous a accordé vie, santé et nous a permis de pouvoir assister à la présente cérémonie;

En plus, remercier son excellence le Colonel Mamadi DOUMBOUYA Président du CNRD, Chef de l’Etat, Chef suprême des armées pour la confiance portée sur ma modeste personne pour la gestion des destinés de cette structure qu’est la Préfecture maritime.

Mesdames et messieurs;

En ma qualité d’ancien officier de la marine, outillé de peu d’expérience acquise au cours de mes années de service dans le domaine de la mer, je mesure à juste titre la portée de la confiance qui m’est accordée. C’est un réel honneur et une grande fierté de servir dans ce secteur stratégique qui figure parmi les plus attractifs de notre pays, tant du point de vue économique qu’en termes de sécurité nationale car, nous devons retenir que les espaces maritimes représentent aujourd’hui plus de 80% des activités de nos transactions commerciales.

Je voudrais tout d’abord vous assurer qu’avec un appui fort et cela à tous les niveaux, de ma détermination à agir pour préserver et renforcer l’autorité de l’Etat en mer, en garantissant à nos concitoyens et à nos partenaires la sécurité, la protection et la tranquillité auxquelles ils ont droit dans notre espace maritime.

Sans sécurité, la liberté reste un concept. Une société sans sécurité, c’est d’abord une société plus dure et moins juste pour les plus faibles. C’est aussi une société dont le développement est entravé.

En 2012, en dotant notre pays d’une préfecture maritime, la nomination d’un préfet maritime et la construction des sémaphores qui en ont suivis, l’Etat a entendu donner une plus grande visibilité et une plus grande efficacité à la prise en compte de son autorité, au suivi, au traitement des problématiques liées à la sécurité et à l’ordre public dans nos espaces maritimes.

Il s’agissait alors d’impulser une mobilisation générale impliquant tous les acteurs de la mer face à la grande criminalité, aux trafics de tout genres, mais aussi à la recrudescence des offenses à la loi, souvent doublées de violences aux personnes et au pillage de nos ressources halieutiques.

Cette mobilisation reposait sur l’édification d’une coordination généralisée des différents acteurs de la mer plus les forces de défense et de sécurité avec, une stratégie claire pour tous et la concentration des moyens de l’ensemble des partenaires à la sécurité maritime.

De grands efforts ont été fournis certes, mais il reste beaucoup à faire surtout sur l’acquisition des unités flottantes dans le but d’une couverture totale de la zone économique exclusive.

Mes prédécesseurs ont su, par leur action déterminée jouer leur partition, à laquelle je veux rendre hommage, incarner cette fonction et donner à la préfecture maritime une identité forte, en faire une institution reconnue par ses partenaires et exerçant la plénitude de ses compétences, dans un contexte sécuritaire très exigeant.

Naturellement, je veillerai avec un grand soin à ce que la coopération très étroite avec les différents partenaires, se poursuive avec la même transparence et la même confiance car, s’il y a bien plusieurs acteurs de la mer, mais il n’y a qu’un seul Etat et son autorité doit être clairement marquée.

J’ai bien conscience des défis considérables auxquels ce secteur est confronté qui en font d’ailleurs souvent un terrain d’expérimentation en matière de sécurité et j’entends donc poursuivre l’action de mes prédécesseurs avec la même détermination et la même efficacité.

Etant convaincu que la mission fondamentale de la préfecture maritime est de garantir l’autorité de l’Etat dans le domaine maritime sous juridiction et souveraineté guinéennes et que l’institution fait l’objet d’un consensus de l’ensemble des parties prenantes de la sécurité dans le domaine maritime et sur tout le littoral, à commencer par les élus, au-delà bien évidemment des services de l’Etat. Elle a su, grâce à mes prédécesseurs, et aux différents partenaires, démontrer qu’elle était une réponse adaptée aux enjeux de sécurité et aux besoins des acteurs de la mer.

Mon action devra d’abord prioriser les défis majeurs ci-après.

La lutte contre la délinquance maritime et de répression sans évoquer leur corolaire indispensable, les actions de prévention, qui nécessitent notamment des financements annuels au titre de fonds interministériel de prévention de la délinquance dans nos approches maritimes, la formation continue des intervenants ( Aviation, Gendarmerie maritime et Marine); La maintenance des moyens existants et l’acquisition de nouveaux moyens.

Le même travail de prévention doit évidemment être poursuivi en matière de sécurité par le développement accrus des systèmes de recueil et de partage de l’information à tous les niveaux (national, régional, et international).

J’évoquerais dans un instant, la menace terroriste, qui n’est plus à être sous estimée et demeure à un niveau extremment élevé, nous devons arrêter de penser que cela ne peut arriver qu’aux autres, la menace est globale.

Je souhaite que nous puissions évoquer collectivement les enjeux de sécurité et que nous déterminions de manière collégiale les moyens d’y répondre.

C’est, j’en suis convaincu, l’unique voie pour mener à bien le combat permanent contre l’insécurité maritime, et assoir l’autorité de l’Etat en protégeant les personnes et leurs biens en mer.

Je garde une main tendue à tous les acteurs de la mer et partenaires pour atteindre les objectifs visés pour le bonheur des populations de notre chère patrie.

Mesdames et Messieurs;

Je ne saurais terminer cette intervention sans dire particulièrement à l’ensemble du personnel de cette préfecture maritime que, la réussite n’a son salut que dans un travail d’équipe cadré d’une franche collaboration, tout en mettant l’intérêt supérieur de la nation au dessus de tout.

Je vous remercie.

Conakry, le 07 Juin 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.